Fédération nationale de l'immobilier
/

Conférence de presse du 1er octobre 2018

Conférence de presse du 1er octobre 2018

09/10/2018

La conférence de presse porte sur le marché immobilier à Lyon et dans le Rhône en 2018 et perspectives 2019

Conférence de presse du 1er octobre 2018

L’immobilier dans le Rhône est toujours florissant en 2018 avec un nombre de transactions et des prix toujours à la hausse et ce, dans les ventes/acquisitions comme dans la location. Portée par des taux d’intérêt toujours très attrayants et une ambiance générale plutôt optimiste, cette tendance perdurera-t-elle ?


UN VOLUME DE VENTES SOUTENU
Avec 25 700 transactions constatées sur un an, à la fin du mois de juin 2018, l’immobilier dans le Rhône enregistre encore un record ! Reparti fortement à la hausse depuis 2014 (19 500 transaction enregistrées), le marché a vivement progressé jusqu’en 2017. Malgré la hausse affichée cette année encore, il marque cependant le pas, avec une croissance de 4,5 % (contreplus de 10 % l’an passé).


LES PRIX CONTINUENT A GRIMPER…
Durant cette période, les prix ont continué à grimper. « La baisse continue des taux incite les candidats à l’achat à passer rapidement à l’acte dans la crainte d’un éventuel retournement du marché, souligne Alexandre Schmidt, président de la Fnaim du Rhône. De ce fait, les prix grimpent, mais de façon modérée toutefois : tout ne se vend pas à n’importe quel prix. » Dans les appartements, le prix moyen au m2 passe la barre des 3000 € / m2 et s’établit désormais à 3083 €, en augmentation de 3 %. Pour les maisons, les prix restent contenus dans la mesure où les acquéreurs ont payé 1,7 % de plus qu’un an auparavant, signant un chèque d’un montant moyen de 305 K€. A titre de comparaison, les prix se sont envolés de 4,3 % au niveau national, soit + 5,2 % en Ile de France et + 3,9 % dans le reste du territoire.


… NOTAMMENT A LYON INTRA-MUROS
A Lyon, la hausse des prix est, sans surprise, plus vive qu’au niveau départemental. Le prix moyen au m2 s’affiche désormais à 3 827 €, effectuant un bond de 5,6 %. Rien d’étonnant, dans ces conditions à ce que les acheteurs potentiels soient parfois contraints de revoir leurs ambitions à la baisse : la baisse des taux (moins 7 points de base), ne permet pas de compenser cette dynamique haussière à Lyon et un ménage susceptible de s’endetter sur 20 ans pour s’offrir 60 m2 a perdu 2,80 m2 de capacité d’achat.


Les loyers eux aussi sont repartis à la hausse, légèrement toutefois. Après une période de stagnation, les prix à Lyon intra-muros dépassent désormais les 13 €/ m2, à 13,3 / m2 exactement, tandis que le prix de la location en périphérie sursaute à 10,8 € / m2, sans retrouver toutefois les niveaux constatés il y a deux ans. L’attractivité de la ville reste forte et les locations sont toujours très prisées à Lyon où les biens à louer, qu’elle qu’en soit la surface, restent toujours moins longtemps sur le marché intra-muros (50 jours maximum) que le bien le plus demandé en périphérie (soit un T1 de 28 m2, reloué en 56 jours).


LA CONSTRUCTION A LA TRAINE
Si les ventes / acquisitions de biens immobiliers continuent à aller bon train, le secteur de la construction, lui, est à la peine avec 15 200 logements accordés, un chiffre en recul de 8,4 %, et des 13 800 mises en chantier, en retrait de 7,4 %. En cause, sans doute, le recentrage de certaines aides à l’acquisition (APL Accession, PTZ) qui impactent directement le secteur de la maison individuelle (la Fédération Française du Bâtiment a revu ses prévisions de vente à la baisse, de 12 à 15 %).


LYON SUR LA 3EME MARCHE DU PODIUM
Si Lyon figure toujours sur le podium pour son marché immobilier dynamique, la ville est cette année supplantée pour la deuxième place par Bordeaux, où les prix grimpent toujours en flèche, flambant de 9,1 % sur 12 mois encore pour atteindre désormais 3923 €/ m2 … Si elle occupe désormais la 3ème marche sur le podium, la Capitale des Gaules talonne le n°2 mais devance largement la 4e ville au classement, Marseille, où le prix / m2 gagne moins de 2 % en un an pour s’établir à 2697 €.


QUELLES PERSPECTIVES ?
Sur l’année, la production de crédits à l’habitat des particuliers a marqué le pas. D’un montant global de 331,9 Md€ en 2017, elle atterrit à 195,1 Md€ en 2018. Une chute spectaculaire, à première vue, largement imputable à la diminution drastique des flux renégociés, lesquels pèsent pour quelque 18 % de l’enveloppe globale contre… 61 % l’an passé. De fait, le montant des crédits hors renégociations, véritable indicateur de la vitalité du marché, s’élève à 154,5 Md€ en 2018 contre 159 Md€ en 2017.

Télécharger le communiqué de presse

Télécharger le dossier de presse

Accéder à l'espace presse

 

Tout savoir sur la Chambre FNAIM du Rhône

Je souhaite acheter un bien dans le Rhône

Je souhaite louer un bien dans le Rhône